facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

Votre député

Parcours

Titulaire d’une licence AES option Gestion des entreprises obtenu à l’UBO (Université Bretagne Occidentale) de Brest en 1986, et après une année de service militaire dans la Marine Nationale,  il démarre dès 1988 une carrière dans le secteur bancaire et devient rapidement directeur d’agence au sein du groupe BNP Paribas-Cetelem. En 1996, il obtient, par la voie de la formation continue, un D.E.S.S (Master 2) Gestion des PME/PMI. A partir de 2008, il devient conseiller en insertion professionnelle et formation continue auprès de l’AFPA (Association Formation Professionnelle des Adultes) et du GRETA (Etablissement de formation continue de l’éducation nationale) à Brest où il est notamment en charge de l’accompagnement des salariés et de leurs projets de validation des acquis par l’expérience (VAE) et aussi de coaching individuel ou collectif de remobilisation vers l’emploi.

Vie politique

Didier le Gac est maire de la commune de Lampaul-Plouarzel (Finistère) de 2001 à 2017, commune littorale de 2100 habitants, rattachée à la Communauté de communes du Pays d’Iroise (CCPI).

De mars 2008 à juin 2017, il est aussi conseiller départemental du Finistère du canton de Saint-Renan et il est notamment durant cette période président du SDIS 29 (Service Départemental d’Incendie et de Secours) de 2009 à 2015.

A partir de 2015, il est Vice-président sur une fonction territoriale en charge de l’animation des politiques départementales sur le Pays de Brest. Il est aussi en charge de la délégation sur toutes les questions de mobilité (route, déplacements, transport). Il est également très attentif à la situation maritime du département et  des îles en particulier, puisque dans son canton sont situées les îles Molène et Ouessant où il préside les conseils portuaires ainsi que celui  du Port de pêche et passagers du Conquet.

Membre du Parti Socialiste de 1995 à 2016,  il  rejoint En Marche ! dès l’été 2016, bien avant le début de la campagne présidentielle de 2017, dans le sillage de Richard Ferrand, lui-même, ancien Conseiller général du Finistère.

Candidat à l’élection législative de 2017 sous l’étiquette de La République En Marche sur la 3ème circonscription du Finistère (qu’il connait bien pour avoir été 2 fois le suppléant de François Cuillandre Maire de Brest),  il est élu député le 21 juin 2017, où il manque de peu une victoire dès le premier tour. (score premier tour 44.01% ; score second tour 60.69%)

Au sein de l’Assemblée Nationale, compte tenu du poids que représente les industries navales de défense dans sa circonscription (Naval Group, Thalès,….) et de la forte présence du port militaire de Brest, il est naturellement membre de la Commission Défense Nationale et des Forces Armées mais continue à suivre avec une étroite attention toutes les questions relatives à la mer et au littoral (la loi littoral, les énergies marines renouvelables, la pêche…), à l’agriculture (la Bretagne est la première région agricole de France, en pleine mutation), à la vie et au fonctionnement des collectivités locales. Il est d’ailleurs membre de la nouvelle délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation de l’Assemblée Nationale.

Didier Le Gac a par ailleurs été désigné pour intégrer les 6 groupes d’études suivants : « Industrie de la Défense« , « Littoral »(il a activement participé à la rédaction des amendements lors de l’examen de la loi Elan en 2018) et « Économie maritime« , « Aquaculture » (il est en lien régulier avant le comité national de la conchyliculture), « langues régionales » (attentif à la situation des écoles bretonnes bilingues, il a défendu avec succès des amendements facilitant leur financement lors de l’examen de la loi Ecole de la Confiance en 2019) , « amiante » (il est vice président du groupe et en lien régulier avec les associations sur son territoire dont l‘ADDEVA). Surtout, il est l’un des membres actifs de la « Team Maritime », groupe de députés animé par sa collègue Sophie Panonacle députée de Gironde qui reçoit régulièrement – presqu’une fois par semaine – des acteurs du monde maritime, responsables et décideurs, publics ou privés, dans tous les domaines pour contribuer à l’ambition d’une véritable politique maritime de la France, dans le sillage d’Arnaud Le Roy, auteur, lors du dernier quinquennat de la loi sur l’économie bleue.

Il représente également l’Assemblée Nationale au sein du Conseil supérieur des gens de mer.

En 2018, Il a été membre de la Commission d’enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques. Il a suivi la quasi totalité des auditions.

S'inscrire à la newsletter